DE L'ORIGINE DU MONDE
15 €|ref : NATO 3920
Ajouter au panier
x

DE L'ORIGINE DU MONDE

Hymas Tony

nato
2010

«Quand je serai mort, il faudra qu’on dise de moi : celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime, si ce n’est le régime de la liberté.» Gustave Courbet

Gustave Courbet est un peintre singulier. Réaliste, il ne cherche pas l'expression romantique, style qu'il abandonne, pour s'intéresser au terroir même. Gustave Courbet est également un artiste engagé dans les grands mouvements politiques de son temps et sa participation à la Commune de Paris tranche avec la timidité et l'incompréhension qui furent celle d'une grande partie du monde intellectuel et artistique de l'époque. Son tableau "L'Origine du Monde", exposé au musée d'Orsay, est l'un de ces grands mystères de l'histoire de la peinture. Ce tableau peint en 1866 et qui s'est trouvé longtemps chez le psychanalyste Jacques Lacan a été l'occasion de bien des interprétations.

"Il montre toute la vérité, sans insistance et sans lourdeur, il est plus délicat, plus caressant et plus respectueux qu’il n’a jamais été. C’est la Peinture dans toute sa gloire et c’est ainsi qu’il glorifie le sexe de la femme, son propre désir d’homme et son désir de peintre, sa liberté"
Manuel Jover

Le compositeur Tony Hymas s'est intéressé au tableau comme à un élément fondateur de la perception artistique des temps à venir. Le propos musical avec l'apport de citations de Courbet, dites par les comédiennes Nathalie Richard et Violeta Ferrer, d'un texte de Baudelaire chanté par Monica Brett Crowther (soprano créatrice de pièces de Nigel Osborne, familière de l'Opéra National du Rhin, du Scottish Opera ou de l' Opéra de Lausanne), d'une chanson originale écrite par Christian Tarting interprétée par Marie Thollot (remarquée dans Tenga Niña de Jacques Thollot) et d'extraits de chants de La Commune mis en perspectives, rapproche la singularité de l'œuvre de l'origine d'un autre monde, celui de la Commune de Paris, tel que l'ont pensé ses acteurs en une suite de 11 pièces.

Un orchestre de 23 musiciens alterne avec un petit ensemble composé de la harpiste Hélène Breschand, de l’accordéoniste Janick Martin, du violoncelliste Didier Petit et d’Hymas au piano.

"La femme appréhende l’imbécillité de la guerre et la nécessité de la révolte. La Commune de Paris est l’origine du monde".
J.R.

Un livret de 112 pages accompagne le disque. Comme le disque, le livret est une suite d’impressions, de variations, d’interprétations, de questionnements, mais cette fois collective autour de l’œuvre du Maître Peintre d’Ornans et ces ouvertures. Aux côtés du texte de Manuel Jover (auteur de deux ouvrages sur Courbet), de photographies de la Commune et bien sûr du fameux tableau désormais exposé au Musée d’Orsay, on trouve les séquences et nouvelles dessinées de Benjamin Bouchet, Daniel Cacouault, Luce Carnelli, Stéphane Courvoisier, Chloé Cruchaudet, Nathalie Ferlut, Sylvie Fontaine, Simon Goinard Phelipot, Stéphane Levallois, Jeanne Puchol, Rocco, Marianne Trintzius, Eloi Valat, Zou.

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté