BOUTIQUE

 
I BURTUONI
15 €|ref : FC/IMR 011
Ajouter au panier

I BURTUONI

Bataillard Marcel, Roger Henri

IMR Instantmusicrecords
2016

Marcel Bataillard (voix, effets), Henri Roger (piano)


Même dans la profondeur et l’âpreté aiguisées à la meule du riacquistu, les mieux trempés des caractères n’ont jamais hésité à se frotter au grand large. Alors, hard ou baroque, musique saoule, noire ou jaune comme un comptoir colonial, dans la nouveauté comme dans la tradition, la chanson corse a déjà revêtu de multiples costumes de scène. La présente et turbulente proposition nous emmène encore ailleurs, tant les forces en présence au sein de ce duo inédit laissent entrevoir un tonnerre de couleurs.

C’est de longue date que l’artiste contemporain Marcel Bataillard cultive ses Burtuoni, formation expérimentale à géométrie variable. Musicien autodidacte et non-locuteur de la langue corse, c’est par la recherche de textes et d’enregistrements sonores qu’il a débuté le parcours, afin de reproduire et d’interpréter d’oreille, et seul en ce qui concerne le chant, ce patrimoine musical. A violetta, Paghjella d'Ascu, A tribbiera…, l’élaboration du répertoire joue la carte d’un réel équilibre entre l’affectif et la diversité pour dessiner, ancré dans la mémoire intime du chanteur, un portrait en creux de la Corse et de son art vocal, lié au travail, à l’exil, la vengeance. Il s’agit ici de donner un son différent, de revivifier ces polyphonies traditionnelles expérimentales à une voix, chants funèbres, de lutte ou d’amour, en compagnie d’un instrumentiste brillant et rompu aux aventures les plus audacieuses aux confins du jazz, de la chanson ou de l’improvisation. Henri Roger met donc une nouvelle fois à l’épreuve sa capacité à aborder des genres nouveaux et à endosser des personnalités différentes.

De cette rencontre chant-piano naissent les pièces qui composent ce disque, dialogues de l’instant fugitif et de la permanence ancestrale pour lesquels aucune indication de jeu n’est donnée, aucun thème n’est préalablement établi. Les effets électroniques sur la voix nue, réalisés en direct au kaoss pad, ménagent un trouble suffisant pour interdire toute velléité référentielle à la pureté et aux racines. Nourrie des failles et des rudesses des mots tels qu’ils sont chantés, l’imagination digitale du pianiste, servie par la splendeur éclatante d’un Fazioli, achève d’ouvrir un jour nouveau dans la douce et paradoxale lumière sonore du studio.

Les improvisations (totales) à base de traditionnels (authentiques) présentées par I Burtuoni dans cette formule en duo ne trouvent d’assurance ni dans la terre collante d’une ethnomusicologie vintage, ni dans le ciel arrogant d’une création prétendument spontanée, mais elles offrent l’opportunité d’un détour singulier, un élégant pas de côté propre à mettre en défaut le rationalisme classificateur de notre société. Il est bien entendu que l’enregistrement n’a été corrigé ni des fautes d’accord, ni des fautes de genre.

Frédérik Brandi

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté