BOUTIQUE

 
LES TEMPS CHANGENT
promotion
12 €|ref : EMV1028
Ajouter au panier

Autres albums de l'artiste

LES TEMPS CHANGENT

Hélène Labarrière

Émouvance
2007

Hélène Labarrière (contrebasse), François Corneloup (saxophone baryton), Christophe Marguet (batterie), Hasse Poulsen (guitare)

 

Hélène Labarrière est pour moi une musicienne d’une totale intégrité : maîtrisant physiquement totalement sa contrebasse, elle démontre également une grande force d’abstraction — faisant preuve d’une vraie intelligence dans l’utilisation de ses merveilleuses aptitudes athlétiques. Et surtout (puisqu’il s’agit de musique après tout !) Hélène possède une véritable identité sonore.

Sa façon de composer est à la fois érudite, aventureuse et plus que tout, aussi parfaitement organique que son jeu de contrebasse. C’est la Nature même qui semble s’exprimer à travers elle aussi naturellement que les fruits viennent s’épanouir aux branches des arbres après que le soleil et la pluie ont fait leur travail.

J’ai eu l’occasion de l’entendre jouer dans de nombreux contextes différents, mais jamais je pense, avant ce magnifique CD, dans le rôle de directeur et catalyseur musical. Le soin avec lequel elle a choisi ici ses camarades démontre son souci du détail : ces musiciens savent jouer ensemble, à la façon d’une entité vivante et cohérente.

De toute façon (les mots sont inévitablement maladroits) comme le dit le sens commun : cette musique parle d’elle-même.

Portez toute l’attention qu’il mérite à ce fruit arrivé à maturité. Et nourrissez-en vos oreilles !

R. Wyatt

 

“Les temps changent “. C’est le titre de mon nouveau projet. 10 ans après Machination…

Un nouveau 4tet avec François Corneloup, rencontré la 1ère fois en 1991 au sein d’une expérience collective “Incidences”, Christophe Marguet, qui tout comme moi a d’abord expérimenté le Jazz auprès des “anciens” en accompagnant de nombreux solistes français ou américains dans les clubs parisiens avant de se tourner vers le vaste monde des musiques improvisées et enfin Hasse Poulsen, rencontré dès son arrivée en France à l’occasion de nombreuses sessions improvisées.

“Les temps changent”, parce que la musique ce n’est pas seulement du son mais aussi de l’espace et du temps, ce n’est pas uniquement à 4 temps ou à 3 temps, ni même à 5 temps ou à 7 temps, mais aussi à pas de temps ou encore à beaucoup de temps, et qu’on s’amuse avec tout cela.

“Les temps changent”, et nous changent, parce qu’un groupe c’est aussi la somme de toutes ces rencontres, et que le temps déjà passé ensemble et séparément, contribue à nous faire construire, déconstruire et reconstruire la musique dans l’instant.

“Les temps changent”, ici et ailleurs, parce que nous ne sommes pas sourds au monde qui nous entoure, l’urgence de jouer et de dire est toujours plus vivace.

“Les temps changent”, un autre musicien l’avait déjà dit il y a quelques temps, parce que ce groupe ne s’embarrasse pas d’avoir ou de ne pas avoir une quelconque référence.

“Les temps changent”, l’amitié, les expériences partagées, la nécessité de construire encore et toujours…D’aller de l’avant…Avec gourmandise…

Hélène Labarrière

La contrebassiste, compositrice et improvisatrice hors pair, a concocté une bombe qui fait sauter barrières et conventions, avec François Corneloup, Hasse Poulsen et Christophe Marguet. Timbre somptueux de la contrebasse, hachures de l’espace à l’archet, bruitisme insolite de la guitare, frémissement de fûts, crépitation rythmique, tourbillon du sax baryton, surgissement magique d’une mélodie. La musique en liberté !
L’Humanité, 13 décembre 2007

À propos de ce disque, on a envie de laisser parler Hélène Labarrière : "Les temps changent, et nous changent, parce qu’un groupe c’est aussi la somme de toutes ces rencontres, et que le temps déjà passé ensemble et séparément, contribue à nous faire construire, déconstruire et reconstruire la musique dans l’instant."
De Soizig qui ouvre cet album jusqu’à Donde Estan Ustedes qui le clôture, en passant par l’entêtant Good boy et La Complainte de la Butte à la sauvage ouverture, on a constamment la sensation d’un terrain mouvant aux multiples possibles. Les quatre musiciens semblent saisir au vol les options qui s’offrent à eux comme on attrape une balle au rebond avant de la renvoyer à son partenaire de jeu. Du jeu, c’est bien de cela dont il s’agit, mais de haut niveau. De la trempe de ceux qui n'oublient jamais leur objectif. Pour ce second album (le précédent, "Machination", est paru il y a dix ans de cela), Hélène Labarrière, que l’on a eu l’occasion d’entendre de multiples fois, aux côtés de Sylvain Kassap notamment, auprès de qui elle fait merveille, s’est entouré de personnalités dont on ne peut penser que du bien, ne serait-ce qu’à la vue de leurs parcours qui entrent en résonance avec celui de la contrebassiste, mais également de leurs propositions artistiques. Le batteur Christophe Marguet, le saxophoniste baryton François Corneloup et le guitariste Hasse Poulsen apportent chacun une part d’eux-mêmes qui nourrit le projet commun. On ressent ce bouillonnement qui ne cesse de maintenir l’attention de l’auditeur et surtout lui procure des sensations diverses, des émotions quelquefois fortes ou surprenantes.
Une œuvre ambitieuse et exigeante pour celui qui la découvre, mais d’une exigence définitivement à la hauteur de son contenu.
Pierre Villeret – www.macao.fr

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté