MY OWN RAVEL
promotion
17 €|ref : RAVEL
Ajouter au panier

Autres albums de l'artiste

x

MY OWN RAVEL

Emler Andy

Les disques de nos amis
2012

Andy Emler (piano).

"De quoi le jazz critic est-il autorisé à parler en sortant de ce spectacle ? De théâtre, un lieu où il ne se rend que par accident ? De Maurice Ravel et de sa musique que, pour ma part, je connais à peine, sauf ce qu’en ont retenu les jazzmen et ce qu’ils disent en avoir retenu ? D’Andy Emler que j’écoute depuis 30 ans, mais dont je ne sais pas démêler le vrai du faux de ce Ravel qu’il joue et improvise d’après des pages tournées sur son pupitre et dont je dois m’assurer qu’il en est bien le compositeur-faussaire à la lecture du programme ? De Jean Échenoz que j’ai découvert sur le tard à travers ce Ravel lu à sa publication ? De Reine, qu’enfant j’ai vu s’absenter en elle-même comme Ravel à la fin de sa vie ? Je n’étais pas en âge à l’époque de comprendre, car tous les vieux semblaient partager plus ou moins cette absence du regard, lèvres rentrées sur une dentition disparate, le torse incliné vers le sol sous le poids d’une insondable culpabilité.

De son fils, des décennies plus tard, articulant ses derniers mots à l’intention de son chirurgien venu prendre de ses nouvelles : « Je perds mes mots » ? Car telle est l’histoire que nous raconte Jean Echenoz, celle du génie de l’Homme confronté à sa décrépitude finale. Tout du moins, est-ce l’histoire qu’il me raconte à moi.

Pourquoi monter à la scène le texte de Jean Echenoz ? La réponse réside dans les premiers mots prononcés sur la scène des Athévains. Ravel est un texte qui mérite d’être lu et que l’on aime “entendre”, parce qu’il est d’une évidente qualité musicale et parce que Annne-Marie Lazarini et ses comédiens ont su en trouver le juste tempo et la juste métrique. Les artifices du théâtre, ses conventions, son “insoutenable légèreté” lui conviennent à merveille. Répartissant la narration du texte entre trois voix, celle de Ravel qui parlant de lui à la troisième personne nous parle de cette distance à lui-même, cette ironie fondamentale qui semble chez lui préluder à l’absence finale ; plus un chœur mixte à deux voix, incarnant tour à tour personnages témoins et situations. Avec un simple plateau et quelques accessoires, dont un piano, uniformément teints en bleu, Anne-Marie Lazarini fait ainsi d’un art du verbe un art de la situation sans jamais nous détourner de la musicalité du texte Echenoz, tout en exprimant l’humour et la tendresse.

Mes compétences critiques s’arrêtent-là, sauf à signaler cette petite étincelle de la mise en abyme lorsque l’un des personnages dit à l’autre en désignant l’un des multiples exemplaires du livre d’Echenoz qui jonchent la scène : « page 58 », seule irruption d’Anne-Marie Lazarini dans le texte original qu’elle s’est contentée de réduire très légèrement avec l’assentiment de l’auteur.

Je ne me sens guère plus à la hauteur pour parler du faux Ravel que joue Andy Emler (hélas, sur un mauvais piano !), un faux Ravel dont la stature de dos évoquerait plutôt la masse de Brahms. Je me réfèrerai donc aux textes du pianiste et d’Arnaud Merlin sur le digipack de l’album solo vendu à la sortie du théâtre : “Andy Emler : My Own Ravel” (andyemler.eu). « 9O% d’Andy Emler, 10% de Ravel », me souffle Merlin à l’issue du spectacle. À moins qu’il ne s’agisse de 90% de faux Ravel et 10% de vrai Emler ou l’inverse… Mais l’arithmétique n’ayant jamais été mon fort, je retourne trier mes lentilles, non sans signaler que, jusqu’au 5 mai (puis du 15 novembre au 22 décembre), Yvan Robilliard alternera au piano avec Andy Emler dont il interprétera les compositions en y glissant ses propres improvisations. Enfin, les 13 et 14 avril, aux Athévains, seront des journées Tout Echenoz , avec des lecture par Jean Echenoz, Edith Scob, André Marcon, Stanilas Nordey, Michel Ouimet, Coco Felgeirolles, Marc Schapira, Bruno Andrieux, etc. Plus une causerie autour du Maurice Ravel du musicologue Marcel Marnat (samedi 13 à 18h) et un concert d’Andy Emler (samedi 13 à 21h). Détails : artistic-athévains.com."

Franck Bergerot

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté