BOUTIQUE

 
UPON THE BRIDGE
promotion
17 €|ref : OTCD1002
Ajouter au panier

UPON THE BRIDGE

Groundation featuring Pablo Moses - I Jahman Levy

Les disques de nos amis
2005

Upon the Bridge, sorti en octobre 2006 sur le label Young Tree Records, est le septième album du groupe de reggae californien Groundation.

Quelques mois après la sortie de l'album, le site officiel de Groundation met en ligne le premier clip du groupe. Ils sortiront également leur premier single en 45 tours après la sortie de l'album.

Depuis ses débuts, Groundation tisse une toile dont les contours prennent progressivement forme. Au gré des albums, les pièces du puzzle dessinent un tout. Car le chemin pour aboutir à ce cinquième album, "Upon the bridge", est tout sauf un hasard. Chaque album s'attarde sur un moment clé de l'évolution de l'individu. "Young Tree", leur premier album, aborde naturellement les thèmes de la naissance, de la genèse, que l'on peut aussi lire comme la métaphore de la naissance du groupe. La suite colle au développement de l'humain : "Each one teach one" aborde la question de la connaissance de soi, via l'interactivité avec les autres, la socialisation. La Porte d'Hebron, titre du troisième album, symbolise les conflits que doit régler l'individu, tant intérieurs qu'extérieurs, qui, une fois réglés, voient la naissance d'un homme libéré, mature, conscient ("We Free Again"). A lui désormais de partir à la découverte d'un monde incertain.

Le thème de ce cinquième album, le pont, est loin d'être innocent. Il évoque l'idée de jonction, mais aussi de frontière. D'incertitude aussi : on sait qu'il aboutit quelque part, mais pas forcément où. C'est ce que déclarait Harrison Stafford en interview (lire ici) : "On va incontestablement quelque part, et il y a plusieurs chemins que l'on peut emprunter pour y aller. On ne sait pas si celui qu'a pris notre société, celui sur lequel nous sommes, nous emmènera vers un bon endroit ou non. On n'est pas sur le sol, on ne repose pas sur quelque chose de solide. On ne sait rien ! On est sur le pont, tout peut arriver."

C'est cette densité conceptuelle qui frappe avant tout, même si le résultat ne rejoint pas toujours l'intention. La faute à des paroles le plus souvent surréalistes, qui freinent la compréhension globale. On leur préfèrera le texte d'une douzaine de pages dans le livret qui entend "accompagner l'écoute", une histoire passionnante qui permet de mieux appréhender l'album et les thèmes récurrents de l'œuvre de Groundation. L'amateur de la formation californienne ne sera, lui, ni désorienté ni déçu. Fidèle à leur musique, les rythmiques sont jazzy, incroyablement pointues et laissent place à une large part d'improvisation. Les premiers et derniers titres, c'est une habitude chez eux, sont de tout premier ordre, comme Upon the bridge, celui de la traversée, qui trône naturellement en plein milieu du tracklist. La métaphore filée plaira aux uns autant qu'elle agacera les autres, mais une évidence s'impose : là où s'aventure Groundation, personne ne s'y est encore risqué.

• • • l'album a été ajouté
• • • l'album a été ajouté